Voir les oeuvres de Fabian Cerredo

Fabian CERREDO
Né à Buenos Aires le 20 novembre 1957
Il est décédé à Pontoise le 2 mars 2005.

Expositions personnelles
1981
Galerie d'Art International, Paris.
1984
Galerie d'Art International, Chicago.
1985
Galerie d'Art International, Paris.
1987
Musée du Bastion Saint-André, Antibes.
Galerie d'Art International, Paris.
Salon MAC 2000, Paris.
Carré des Arts, Vincennes.
1990
Centre culturel Jacques Prévert, Savigny-le-Temple.
Centre culturel Gérard Philippe, Champigny-sur-Marne.
Espace Guyot, Paris.
1992
Galerie d'Art International, Paris.
1993
Paris Art Center, Paris.
1994
Galerie Renaud Richebourg, Paris.
1995
Galerie la Forêt, Paris.
1996
Galerie Renaud Richebourg, Paris.
1997
Galerie Annie Varga, Bordeaux
Centre culturel Jacques Prévert, Athis Mons.
1998
Espace Ricard, Paris.
Maison du Citoyen, Fontenay-sous-Bois.
Salon MAC 2000, Paris.
1999

Galerie Les Singuliers, Paris.
Galerie Koralewski, Paris.
Centre culturel General San Martin, Buenos Aires.

2000
Galerie Les Singuliers, Paris.
2002
Galerie Art Témoin, Paris.
Chapelle de Croissy, Croissy.
Galerie Koralewski, Paris.
2003
Ambassade d'Argentine, Paris.
Galerie Guigon, Paris.
Art Paris, Galerie Koralewski, Paris.
2004
Galerie Fadi Mogabgab.
Galerie Koralewski, Paris.
2006
Art Paris, Galerie Koralewski, Grand Palais, Paris.
Galerie municipale Longwy, Brive-la-Gaillarde.
2007
St'art, Galerie Koralewski, Strasbourg.
Galerie d'Art Contemporain, Auvers-sur-Oise.
2008
Galerie Koralewski, Paris.
2012
Galerie Koralewski, Paris.
Expositions collectives
1976
Ecole des Beaux-Arts, Manuel Belgrano, Buenos Aires.
1977
Galerie Via Veneto, Buenos Aires.
1978
Casa de San Juan, Buenos Aires.
1982

Espace Latino-Américain, Paris.
FIAC, Paris.

1983
Salon des Artistes Français, Paris.
1984
Musée de la Monnaie, Paris
Galerie des Beaux-Arts, Paris.
Galerie d'Art International, Paris.
1986
FIAC, Paris.
Xe Biennale, Rijeka (Yougoslavie).
Internationale de Dessins Originaux.
1987
Galerie d’Art International, Paris.
32e Salon de Montrouge, Montrouge.
Ligue Nationale de Football, Paris.
Florilège d'Art Contemporain 87, Faches Thumesnil.
Ligue Nationale de Football, Le Havre, .
1988
ENSBA, L'Art pour la Vie, Paris.
Salon Jeunes Peintres-Jeunes Sculpteurs, Courbevoie.
Salon du Soleil, Savigny-le-Temple.
1989
Salon de Corbeil, Corbeil.
Salon de la Jeune Peinture, Paris.
1990

Le Visage dans l'Art Contemporain, Toulouse.
Grand Prix Air Inter, Paris.
Foire ArtJonction, Nice.
Musée des Jacobins, Toulouse.

1991
Galerie Procréart, Paris.
Musée du Luxembourg, Paris.
Espace Guyot, Paris.
Gässlingen, Falsterbo (Suède).
Banque de France, Paris.
1992
Bibliothèque nationale, Paris.
Paris Art Center, Espace Fernando Arrabal, Paris.
Salon d'Art Contemporain, Bourg-en-Bresse.
Galerie Renaud Richebourg, Paris.
1993
Chicago Art Fair, Galerie d’Art International, Paris.
Biennale d'Art Contemporain, Melun-Sénart.
MIART, Galerie Renaud Richebourg, Milan.
1994

Miami Art Fair, Galerie Renaud Richebourg, Miami.
Centre Culturel Jacques Prévert, Poésimage, Melun Sénart.
Galerie Renaud Richebourg, Paris.
Salon de Courbevoie, Courbevoie.
Cité Internationale des Arts, Paris.

1995
Galerie Targa, Paris.
Galerie Renaud Richebourg, Paris.
Fondation Coprim, Paris.
Arte Viva, Paris.
1996
Triennale Internationale d'Art et de Littérature (invité d'honneur), Melun-Sénart.
Espace Ricard, Paris.
Salon de Brive, Brive-la-Gaillarde.
Novembre à Vitry, Vitry.
1997
Salon de la Jeune Peinture, Paris.
Salon de Brive, Brive-la-Gaillarde.
Galerie les Singuliers, Paris.
Salon Grands et Jeunes d'Aujourd'hui, Paris.
Salon Itinéraires, Levallois-Perret.
1998
Fondation Florence (Espace Commines), Paris.
Arte Viva, Levallois-Perret.
Département des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
Galerie les Singuliers, Paris.
1999
Start, Galerie Koralewski, Strasbourg.
Opéra de Massy, Regards sur l’Opéra, Massy.
Linéart, Galerie Artémoin, Gand.
Galerie Koralewski, Paris.
Galerie les Singuliers, Paris.
Galerie Fadi Mogabgab, Beyrouth.
Linéart, Galerie Artémoin, Gand.
2000

Start, Galerie Artémoin, Strasbourg.
Espace des Blancs Manteaux, Paris Israël, Paris.
Art Paris, Galerie Fadi Mogabgab, Paris.
Orangerie du Sénat, Artsénat-Le Jardin des Délices, Paris.
Galerie Koralewski, Préludes..préludes, Paris.
Festival L’Automne des Transis, Bar-Le-Duc.
Galerie Fadi Mogabgab, Beyrouth.

2001
Galerie Guigon, Paris.
Galerie Koralewski, Paris.
St'art, Galerie Koralewski, Strasbourg.
Galerie Fadi Mogabgab, Beyrouth.
Art Paris, Galerie Fadi Mogabgab, Paris.
2002
Galerie Guigon, Paris.
Galerie Koralewski, Paris.
Galerie Fadi Mogabgab, Beyrouth.
Galerie Koralewski, Préludes..préludes.
Biennale Au delà du corps, Aix-en-Vienne.
2005
Maison de la Culture, Corps à Corps, Fontenay-sous-Bois.
Art Paris, Galerie Koralewski, Carrousel du Louvre, Paris.
Triptyque, Angers.

 

 

 

Fabian Cerredo
textes

"Le peintre argentin Fabian Cerredo est mort, mercredi 2 mars, à l'hôpital de Cergy, près d'Auvers-sur-Oise (Val-d Oisej où il vivait. II était âgé de 47 ans.
Né le 20 novembre 1957 à Buenos Aires, Fabian Cerredo était diplômé de l'Ecole nationale des beaux-arts Manuel-Belgrano.
I!lavait ensuite travaillé avec le sculpteur Antonio Pujia et dansl'atelier du peintre Antonio Oliva, avant de venir s'installer à Paris, en 1980. Il rejoint alors, à l'Ecole des beaux-arts, l'atelier de Michel Gemignani, et obtient son diplôme en 1985.
Sa première exposition personnelle a lieu à Paris, en 1983, à la Galerie d'art international, qui présente sa série des Musiciens et qui l'exposera dès lors régulièrement. Marquée à ses débuts par l'art de Georges Rouault, l'oeuvre de Cerredo était caractérisée par la générosité, celle de la pâte et de la matière, qui l'a fait souvent qualifier d'expressionniste. Dans ses meilleurs moments, il atteignait à « l'hénaurne », la démesure, la profusion, avec le même souffle et la même largesse que ceux pratiqués par son aîné récemment disparu, Paul Rebeyrolle (Le Monde du 9 février).
Cerredo était aussi un dessinateur hors pair, comme en témoignent les nombreux croquis qui accompagnent la plupart de ses grandes séries, la plus célèbre étant constituée des quelque 200 tableaux avec lesquels il avait rendu hommage à Gabriel Garcia Marquez et à son roman Cent ans de Solitude
La galerie Fadi Mogabgab, de Beyrouth, avait également montré à la Foire Art Paris, en 2001, des exemples, impressionnants de puissance mais aussi de gouaille, d'un cycle consacré à Rabelais. Cerredo aimait travailler ainsi par séries. car, disait-il, s'attacher à un thème lui permettait «d’aller en profondeur, au coeur dur du noyau, de ne pas rester dans la croûte des choses». Se suivent ainsi De la boucherie au massacrer (1998), puis Paysages et Candide inspirés par Voltaire. En 2000, il choisissait de se confronter à la Bible avec une série sur La Création du monde, présentée à la galerie Les Singuliers.
On avait également pu voir son travail, à Paris, dans les galeries Koralewski et Guigon, L'historien d'art Ante Glibota, qui a annoncé son décès et fut un des premiers à avoir écrit sur son travail, l'avait exposé en 1993 au Paris Art Center. Il rappelle que son œuvre a été présentée dans une quarantaine d'expositions personnelles en France et à l'étranger, et dans une centaine d'expositions de groupe,
Encore jeune, Cerredo restait méconnu du grand public, et trop peu nombreux sont ceux qui ont pu apprécier sa gentillesse et sa générosité. Reste l'oeuvre, qu'il faut réellement découvrir."

Harry Bellet
dans Le Monde, 5 mars 2005

"Peinture extrêmement, excessivement, scandaleusement charnelle, cette œuvre, dionysiaque, qui ne s'embarasse d'aucun tabou pour célébrer les plaisirs comme les souffrances du corps, se pare de toutes les violences de l'art baroque. Au-delà du bon et du mauvais goût exprimés par les censeurs cartésiens, la peinture, profuse et composée, fécale et spirituelle, se déploie entre une ombre luministe espagnole, hantée par Velasquez, une lumière toute française puisée chez Courbet et Rebeyrolle, une matière apprise chez Berni, le grand argentin oublié, et une couleur explosive recueillie dans l'art des plumes et des peintures corporelles des Indiens du Nouveau Monde."

Emmanuel Daydé
10 janvier 2006

"Ces gourmandises picturales permettent à l’artiste de tordre le cou au réel pour en extraire la quintessence d'une humanité déchue Fabian Cerredo aime raconter en peignant dans la démesure et une luxuriance magique qui séduit. Un univers mythique qui prend corps dans les flots de couleurs malaxées et dont la peinture sort victorieuse."

Lydia Harambourg
dans La Gazette de l'Hôtel Drouot, 1999

"Cerredo, quels que soient ses thèmes, joue essentiellement sur trois facteurs : la pulsion mesurée du geste, la médiation hierarchisée des antagonismes chromatiques et la juste éloquence d'une matière souveraine, le tout régi par une écriture de l'instinct, généreuse et concise, au service de la synthèse dans la profusion. Sous-jacent, le rôle du trait n'est pas négligé. Il balise l'espace avec discernement, mais se fond dans son architecture globale, en gérant son unité structurelle."

Gérad Xuriguéra
dans Les Cahiers Artémoin, 2001

"Fabian Cerredo est mort. Les centaines d'amis réunis au crématorium du cimetière du Père-Lachaise, autour de l'épouse et des quatre jeunes enfants de l'artiste, le 7 mars dernier, sont à jamais inconsolables.
Inconsolables, parce que l'importance déjà avérée de l'oeuvre inachevé nous prive de l'un des peintres essentiels de l'époque actuelle. Parce que les vertus de cet oeuvre demeurent à ce jour méconnue de l'essentiel du monde de l'art officiel, plus préoccupé de boire du champagne parmi d'inconsistants bricolages post-dadas que d'être à l'écoute des palpitations vitales émanant d'ateliers authentiques.
Fabian Cerredo est un géant. Un peintre de la matière, de la couleur, de la ligne, n'ayant jamais renié l'histoire de l'art dont il se nourrissait à grandes lampées, pour en extraire la substantifique raison et lui apporter une nouvelle manière d'être. Vélasquez, Fragonard, Goya, toules les sensualités des siècles précédents ont trouvé en lui un prolongement logique et magnifique.

Francoise Monnin
Dans Artension, 2005

 

Galerie Koralewski, 92, rue Quincampoix 75003 Paris tel : +33 (0)1 42774893   
galerie.koralewski@orange.fr